Glossaire


ACUPUNCTURE :
Méthode consistant en l’introduction d’une ou plusieurs aiguilles en des points précis de la peau à des fins diagnostiques et thérapeutiques.

ADOPTION INTERNE :
L’adoption interne (nationale) ne signifie pas nécessairement que l’origine culturelle de l’enfant est belge (dans le cas d’une adoption en Belgique). Cela veut simplement dire que l’enfant est né en Belgique ou que du moins, il a été confié en adoption sur le territoire belge.

ADOPTION INTERNATIONALE :
Il s’agit de l’adoption d’enfants nés et confiés en adoption dans des pays étrangers.

ALLOCATIONS FAMILIALES :
Ce sont des aides forfaitaires, non imposables, versées mensuellement aux familles ayant au moins un enfant à charge, sous certaines conditions.

AMÉNORRHÉE :
Elle correspond à l’absence de règles ou de menstruation. Le plus souvent, la grossesse en est la cause.

AMO :
Les services d’aide à la jeunesse en milieu ouvert proposent une aide préventive au bénéfice des jeunes dans leur milieu de vie et leurs rapports avec l’environnement social. Les AMO interviennent uniquement à la demande du jeune, de sa famille ou de ses proches.

ANESTHÉSIE :
Pratique médicale qui endort localement ou totalement le corps pour ne pas ressentir la douleur lors d’une intervention chirurgicale.

ANTIRÉTROVIRAL (ARV) :
Catégorie de médicaments utilisés pour le traitement des infections liées aux rétrovirus.

ACC :
Autorité centrale communautaire compétente en matière d’adoption*.

BISEXUALITÉ :
Attirance sexuelle pour les personnes du même sexe et du sexe opposé.

CAFÉINE :
Substance active aux effets physiologiques importants. Consommée en quantité raisonnable, c’est un stimulant du système nerveux qui diminue la perception de fatigue.
On trouve de la caféine dans le café, bien sûr, mais aussi, par exemple, dans le thé, le cacao et les noix de cola.

CÉSARIENNE :
Intervention chirurgicale visant à extraire un enfant de l’utérus* maternel par incision de la paroi utérine.

CHLAMYDIA :
Bactérie pouvant entraîner une stérilité et augmenter le risque d’une grossesse extra-utérine.

CONDYLOMES :
Appelés également « verrues génitales », les condylomes présentent des excroissances indolores touchant la peau ou les muqueuses* des régions anales et/ou génitales.

CONFIDENTIEL :
Tenu au secret, dans la confidence.

CONTRACEPTION :
Méthodes utilisées chez l’homme ou la femme pour contrôler la fécondité et la possibilité d’une grossesse. Elle protège d’une grossesse, mais pas des IST*.

CONTRACTIONS UTÉRINES PENDANT L’ACCOUCHEMENT :
Raidissement musculaire de l’utérus* lors de l’accouchement. Les contractions se rapprochent et s’intensifient au fur et à mesure du travail. Elles entraînent d’abord l’effacement et la dilatation du col de l’utérus*. Elles « poussent » ensuite le bébé vers la sortie et aident également à l’expulsion du placenta*. Douloureuses pour la future maman, elles sont soulagées par la péridurale* et l’administration de calmants. D’autres contractions, dites de Braxton-Hicks, peuvent apparaître dès le 6ème mois de grossesse. Elles se caractérisent par un durcissement bref et indolore du ventre de la future maman.

CONVULSION :
Contraction violente et involontaire d’un ou plusieurs muscles, d’un ou plusieurs membres, voire de tout le corps.

CPAS :
Un CPAS, ou “centre public d’action sociale”, assure la prestation d’un certain nombre de services sociaux et veille au bien-être de chaque citoyen. Chaque commune ou ville a son propre CPAS offrant un large éventail de services. En Belgique, bon nombre de gens disposent de moyens de subsistance insuffisants ou sont parfois sans domicile fixe (SDF). Toutes ces personnes peuvent bénéficier de l’assistance sociale du CPAS. Chaque personne résidant légalement en Belgique a droit à une assistance sociale. Cette assistance sociale a pour but de garantir un revenu minimum à l’ensemble de la population.
Pour pouvoir bénéficier de l’aide sociale, certaines conditions doivent être remplies. Avant de l’octroyer, le CPAS effectue, dans chaque cas, une enquête sur les moyens de subsistance de la personne concernée.
Le CPAS examine quelle aide est la plus adaptée en fonction de la situation personnelle ou familiale de la personne concernée et lui offre les moyens adéquats de subvenir à ses besoins.
Voici quelques exemples de services proposés par le CPAS : aide financière, logement, aide médicale, aide et soins à domicile, mise au travail, médiation de dettes, aide psychosociale, assistance judiciaire, admission dans des institutions, accueil dans des centres d’aide sociale, accueil de crise, accompagnement et assistance financière concernant l’approvisionnement en énergie, chèques culturels pour favoriser la participation sociale et culturelle.

CUNNILINGUS :
Pratique sexuelle orale qui consiste à stimuler les différentes parties de la vulve à l’aide de la langue et des lèvres principalement.

DIU :
Le DIU est l’une des méthodes contraceptives actuelles les plus efficaces. Plus communément appelé stérilet, le DIU (ou dispositif intra-utérin) possède de nombreux avantages.
Il est mis en place dans l’utérus par un médecin généraliste ou un gynécologue*, et une fois installé, il est peut être laissé en place durant plusieurs années. Sa présence perturbe la progression des spermatozoïdes*, la fécondation* et empêche l’implantation d’un ovule* éventuellement fécondé dans la muqueuse* utérine.
Le DIU ou stérilet à la forme d’un “T” et mesure entre 3 et 5 centimètres de long. Il est généralement constitué en cuivre et en plastique.

ECHOGRAPHIE :
Examen médical qui permet d’obtenir une image vidéo des organes inspectés. L’examen se fait grâce à un appareil, l’échographe. L’échographie peut être faite dans un cabinet de radiologie, au cabinet du gynécologue*, dans les services des hôpitaux et des maternités. Dans tous les cas, les échographies ne sont pratiquées que sur prescription médicale : pas question de demander une échographie pour le plaisir de voir son bébé bouger !
Après avoir enduit votre ventre de gel, le radiologue passe une sonde sur la surface de la peau au regard de l’organe à examiner. Le gel permet d’assurer un contact parfait entre votre ventre et la sonde. Parfois, une échographie précoce est pratiquée par voie interne (endo-vaginale). Dans ce cas, le médecin pose un préservatif sur une sonde prévue à cet effet et introduit la sonde par le vagin afin d’avoir un accès facilité à l’utérus*. Par voie interne comme externe, l’échographie est un examen indolore.

ÉLÈVE LIBRE :
Le statut d’élève libre implique qu’en raison d’un trop grand nombre d’absences, l’élève ne verra pas son année scolaire certifiée même en cas de réussite des différentes épreuves. L’obligation scolaire reste cependant d’application.

ÉPISIOTOMIE :
Incision de la vulve et des muscles du périnée*, pour faciliter certains accouchements.

FAUSSE COUCHE :
Interruption spontanée de la grossesse. Des pertes de sang et des douleurs dans le bas du ventre en sont les principaux signes.

FÉCONDATION :
Elle résulte de la rencontre entre un spermatozoïde* et un ovocyte qui sont les cellules reproductrices de l’homme et de la femme.

FELLATION :
Pratique sexuelle qui consiste à stimuler le pénis du partenaire avec la bouche, les lèvres et la langue.

FŒTUS :
Le fœtus est le produit de la reproduction, à partir du troisième mois de la grossesse. Avant cette période, c’est un embryon.

GÉNÉRIQUES (MÉDICAMENTS) :
Les médicaments génériques sont les versions moins chères des médicaments originaux dont le brevet a expiré. Une entreprise pharmaceutique qui met au point une nouvelle substance active la protège systématiquement par un brevet.
Un médicament peut ainsi être commercialisé sans concurrence sur le marché et l’investissement est récupéré. Le brevet expire après 20 ans. Une fois cette période écoulée, les autres entreprises pharmaceutiques ont le droit de copier ce médicament. Il n’existe donc des génériques que pour des médicaments originaux dont le brevet a expiré.

GONORRHÉE :
Infection des organes génito-urinaires.

GYNÉCOLOGUE-OBSTÉTRICIEN :
Médecin spécialiste qui accompagne tant les grossesses dites « normales » que celles dites « à risques ». Il pratique régulièrement des accouchements.

HAPTONOMIE :
L’haptonomie est une méthode de préparation à l’accouchement appréciée des futurs parents. Elle a l’avantage de permettre très tôt de communiquer avec le bébé, encore bien au chaud dans le ventre de sa maman, et d’associer le futur papa à la grossesse.
L’haptonomie est une technique de caresses et de contacts adressés au bébé par les parents. Le bébé perçoit caresses et attouchements prodigués par ses parents à travers la paroi du ventre et de l’utérus* de sa mère. Il y est sensible et y répond positivement.

HÉPATITE A :
L’hépatite A ou jaunisse est une maladie provoquée par le virus de l’hépatite A qui s’attaque au foie. Dans la majorité des cas, une guérison spontanée survient au bout de quelques semaines ou mois. Il arrive parfois que l’infection ne provoque pas de plaintes importantes chez les enfants. A un âge plus avancé par contre, son évolution peut être sérieuse.
Généralement, la transmission a lieu par de l’eau potable contaminée ou à la suite de la consommation d’aliments infectés. C’est ce qui explique que le risque de contamination soit le plus élevé dans les pays où l’hygiène est déficiente. La maladie se déclare entre deux et six semaines après la contamination.
Au début, des symptômes divers apparaissent comme par exemple : fatigue, manque d’appétit, nausées, fièvre et parfois, diarrhée. Au bout de quelques jours, d’autres symptômes dominent : vomissements, douleurs abdominales, jaunisse (ictère, coloration jaune de la peau et du blanc des yeux), urines foncées et selles claires.

HERPES :
Maladie virale chronique responsable d’éruptions cutanées récidivantes. L’herpès* génital favorise la transmission du virus du sida*.

HÉTÉROSEXUALITÉ :
Attirance sexuelle pour une personne du sexe opposé.

HOMOSEXUALITÉ :
Attirance sexuelle pour une personne du même sexe.

INTOXICATION ALIMENTAIRE :
Une intoxication alimentaire (ou toxi-infection alimentaire) est une infection digestive relativement courante. Elle est due à l’ingestion d’aliments ou d’eau contenant des bactéries et/ou leurs toxines, des parasites (surtout dans l’eau, les fruits et les légumes), des virus (présents dans les produits agricoles et marins), des poisons ou des métaux lourds (plomb ou mercure notamment).
Les aliments qui sont le plus souvent impliqués dans les intoxications alimentaires sont les œufs, les laitages, la charcuterie, certains poissons et les crustacés.

IST :
Une IST ou Infection Sexuellement Transmissible est une maladie qui se transmet par des relations sexuelles avec une ou des personne(s) déjà contaminée(s), qu’il y ait ou non pénétration.
Les IST peuvent être dues à différents microbes : bactéries, virus, parasites, champignons.
Parmi les IST les plus connues, on peut citer : le VIH/Sida*, les hépatites B et C, l’herpès*, la blennorragie, les chlamydioses, les condylomes*, la syphilis*, les papillomavirus…

IVG :
Une interruption volontaire de grossesse consiste à interrompre une grossesse après mûre réflexion de la patiente, dont les raisons et motifs sont propres à cette dernière (personnels, économiques, accidents de contraception*…).

KIND EN GEZIN :
Pendant flamand de l’ONE*.

KINÉSITHÉRAPIE PRÉNATALE :
La kiné prénatale prépare physiquement la femme à l’accouchement et elle lui apprend à se détendre. La kiné prénatale contribue à prévenir et soulager des éventuels petits problèmes qui peuvent survenir durant la grossesse (douleurs dans le bas du dos, douleurs pelviennes, problèmes d’incontinence urinaire, œdème, etc.) grâce à divers exercices.
La kiné prénatale (ou gymnastique prénatale) comprend la préparation physique et mentale de la future maman.

LACTATION :
Faculté de sécréter, de produire le lait et d’allaiter.

LIBIDO :
Désir sexuel, envie de s’adonner à une activité sexuelle.

LIQUIDE AMNIOTIQUE :
Liquide clair, aqueux et abondant, dans lequel baigne votre bébé. Pendant neuf mois, votre bébé va nager comme un poisson dans une eau complètement aseptisée (stérile).
Le liquide amniotique amortit les chocs extérieurs et atténue les bruits. Parallèlement, il protège vos organes contre les coups de votre bébé, tel un airbag. Il apporte une quantité considérable d’eau et de sels minéraux à votre bébé. Il sert à maintenir votre bébé à température constante (37°). Il agit comme une barrière de protection contre les infections grâce à son rôle antiseptique (désinfectant).
Après la rupture de la poche des eaux, il lubrifie les voies génitales au moment de l’accouchement, facilitant ainsi le passage de votre bébé. Il contient des indications précieuses sur le bon déroulement de la grossesse.

LISTÉRIOSE :
Infection causée par une bactérie (Listéria monocytogenes). L’infection se contracte en consommant des aliments contaminés, c’est pourquoi les médecins conseillent aux futures mamans d’arrêter de consommer certains aliments, en particulier les produits de la mer crus, les charcuteries artisanales ou les produits laitiers au lait cru.

MATÉRIEL DE PUÉRICULTURE :
Matériel destiné aux bébés et aux petits enfants.

MONITORING :
Le monitoring fœtal est un examen qui consiste en l’enregistrement conjoint de la fréquence cardiaque du (ou des) fœtus* et de l’activité utérine (contractions*).
Cet examen permet de s’assurer de la bonne santé de votre bébé mais aussi de la présence ou de l’absence de contractions* utérines.

MUQUEUSE :
Membrane qui tapisse les organes du corps et qui produit du mucus, une substance visqueuse.

MYÉLINISATION :
Formation de la myéline, substance grasse qui forme la gaine de certaines fibres nerveuses.

NAISSANCE PRÉMATURÉE :
Une grossesse menée à terme dure 40 semaines. Toute naissance avant le terme de 37 semaines révolues mais au moins 22 semaines, quel que soit le poids (mais au moins 500 g), est considérée comme prématurée par l’Organisation Mondiale de la Santé.

OESTROPROGESTATIVE :
Substance inhibitrice de l’ovulation, associant un progestatif et un œstrogène.

OMNIO (Intervention Majorée) :
Certaines personnes bénéficient d’un remboursement plus important des soins de santé. Elles paient moins cher certains médicaments, les consultations et visites médicales. Et, en cas d’hospitalisation, la quote-part personnelle est moins importante. Ces personnes bénéficient de ce que l’on appelle l’intervention majorée.
Avant le 1er janvier 2014, deux statuts donnaient droit à l’intervention majorée : le BIM (ex-VIPO) et l’OMNIO. Désormais, ces statuts ont fusionné. Seuls le terme « Intervention majorée » subsiste.
L’intervention majorée est accordée automatiquement aux personnes qui bénéficient d’un avantage social ou d’un certain statut tel que :
– le revenu d’intégration sociale (RIS) ou aide équivalente ;
– la garantie de revenu aux personnes âgées (GRAPA) ;
– l’allocation aux personnes handicapées ;
– les enfants atteints d’une incapacité physique ou mentale d’au moins 66% ;
– les mineurs étrangers non accompagnés (MENA) ;
– les enfants (de moins de 25 ans) inscrits en tant que titulaires orphelins.
L’intervention majorée peut être octroyée aux ménages qui perçoivent de faibles revenus, sur base d’un examen des revenus.
L’intervention majorée est accordée automatiquement aux personnes qui bénéficient d’un avantage social ou d’un certain statut. Vous ne devez donc rien faire.
Les personnes qui perçoivent de faibles revenus mais qui n’ont pas automatiquement droit à l’intervention majorée, peuvent en faire la demande auprès d’un conseiller mutualiste, qui examinera leur dossier. L’intervention majorée accordée sur la base d’un avantage social ou d’un certain statut concerne le bénéficiaire de l’avantage, le conjoint ou partenaire de vie et, dans certaines situations, les personnes inscrites à leur charge.
L’intervention majorée accordée sur la base d’un contrôle des revenus concerne tous les membres du ménage mutualiste. En résumé, il s’agit du titulaire, du conjoint ou partenaire de vie ainsi que des personnes inscrites à leur charge.
Les personnes qui bénéficient automatiquement de l’intervention majorée reçoivent un courrier de la mutualité pour les informer.
Les personnes qui doivent introduire une demande, recevront un courrier de la mutualité pour les informer s’ils ont droit ou non à l’intervention majorée.
L’intervention majorée vous permet :
– d’obtenir un meilleur remboursement de vos soins de santé ;
– de payer moins cher certains médicaments ;
– de payer moins cher les consultations et visites médicales ;
– de payer une quote-part personnelle moins importante, en cas d’hospitalisation.
Cependant, les bénéficiaires de l’intervention majorée ont également droit à de nombreux avantages dans d’autres domaines.
Vous bénéficiez d’une réduction sur les tarifs des 4 sociétés de transport en commun (SNCB, TEC, STIB, DE LIJN).
Moyennant le respect des conditions propres à chaque avantage ci-dessous, vous avez droit à des réductions ou exonérations : tarif social électricité, tarif social gaz, tarif téléphonique social, exonération de la redevance radio/télévision, réduction de la redevance par certaines sociétés de télédistribution, avantages octroyés par certaines communes (gratuité des sacs poubelles ou réductions sur la taxe immondice).
Vous bénéficiez de l’accès au Fonds social mazout Cat. 1.
L’intervention majorée est également avantageuse dans le cadre du MAF (maximum à facturer).

ONE :
L’Office de la Naissance et de l’Enfance est l’organisme de référence de la Fédération Wallonie Bruxelles (Communauté française de Belgique) pour toutes les questions relatives à l’enfance, aux politiques de l’enfance, à la protection de la mère et de l’enfant, à l’accompagnement médico-social de la (future) mère et de l’enfant, à l’accueil de l’enfant en dehors de son milieu familial et au soutien à la parentalité.

OVULE :
Cellule reproductrice femelle.

OVULATION :
Libération d’un ovule* prêt à être fécondé par un spermatozoïde*, qui se produit quatorze jours avant le premier jour des règles.

PÉRIDURALE :
Technique anesthésique qui permet d’atténuer les douleurs de l’accouchement, grâce à l’administration de médicaments. Ceux-ci vont bloquer la transmission des sensations douloureuses. Ces produits sont injectés à proximité des nerfs responsables, dans l’espace péridural.

PÉRINÉE :
Région anatomique qui se situe autour de l’anus et des organes génitaux, s’étendant du pubis en avant au coccyx en arrière. Le périnée est constitué principalement de muscles dont le rôle est crucial puisqu’ils soutiennent l’ensemble du contenu abdominal et participent également aux phénomènes de continence.
Après une grossesse et un accouchement (par voie vaginale et parfois par césarienne), certaines patientes présentent des symptômes inconfortables en rapport avec un « relâchement » du périnée. Lorsque ces derniers sont présents, une rééducation périnéale s’impose.

PILULE CONTRACEPTIVE :
Médicament contenant des hormones (oestrogènes et/ou progestatifs) qui empêchent l’ovulation*. Ce médicament se présente sous forme de plaquettes contenant habituellement 21 pilules. La femme en avale une chaque jour à un moment de la journée (le matin, le soir). Lorsque la plaquette est terminée, elle attend 7 jours avant d’entamer une nouvelle plaquette. Durant ces quelques jours, surviennent généralement les règles. Avec certains types de pilule, le rythme peut être d’un comprimé par jour pendant 22 jours et 6 jours d’interruption, Il existe également des pilules que l’on prend en continu.
La pilule est très efficace dès le premier comprimé, à condition de commencer le premier jour des règles et de la prendre ensuite tous les jours, au même moment de la journée, jusqu’à la fin de la plaquette. On peut alors faire l’amour sans risque de grossesse, même durant la semaine d’interruption entre deux plaquettes.
La pilule doit être prescrite par un médecin. Mais un examen gynécologique n’est pas systématiquement nécessaire, surtout s’il s’agit d’une jeune fille qui consulte pour une première contraception*. Le médecin peut se contenter de poser des questions sur l’état de santé de la femme.
Contrairement aux préservatifs, l’usage de la pilule contraceptive ne protège pas du tout contre les infections sexuellement transmissibles (IST)*.

PILULE GÉNÉRIQUE :
Même composition et prix plus bas que la pilule contraceptive* originale.

PLACENTA :
Le placenta est un organe essentiel de la grossesse : il est en fait une véritable plate-forme d’échanges, entre la mère et le bébé. Echanges en sang, en oxygène, en gaz carbonique… Le placenta permet au fœtus de se développer convenablement, tout le long de la grossesse. Les nutriments, par exemple (les sucres, les minéraux…), ou certaines hormones sont reçues par le bébé par l’intermédiaire du placenta.
Pendant la grossesse, le placenta sert aussi de solution de remplacement lorsque certains des organes de votre bébé ne sont pas fonctionnels. Tube digestifs, poumons… Le placenta assume ces fonctions, pour permettre à votre bébé de se développer confortablement, et au chaud ! Ne vous méprenez pas : il est très efficace ! Un placenta est, par exemple, à poids égal, 15 fois plus efficace qu’un poumon !
Le placenta est aussi une barrière protectrice : il sert à protéger votre bébé de toutes les agressions qu’il pourrait subir par les cellules de défense de la mère. Il crée en fait une sorte de « no-man’s land » : le fœtus* n’est pas ressenti comme un corps étranger. Il ne faut pourtant pas croire que le placenta est un bouclier : les substances nocives, telles que le tabac, l’alcool, certains médicaments ou même les virus ne sont pas filtrés par la barrière placentaire. Ils se transmettent donc directement à l’enfant, avec des effets souvent très néfastes. Le placenta est plus un barrage qu’une barrière hermétique.
Il sert aussi (mais cela est moins connu) à produire des hormones qui prépareront la mère à l’accouchement et à la lactation*.

PMS :
Le Centre Psycho-Médico-Social est un service public gratuit. Lieu d’accueil, d’écoute et de dialogue, il a pour mission d’assurer des tâches de guidance au profit des élèves de l’enseignement maternel, primaire, secondaire de plein exercice, de l’enseignement spécialisé et de l’enseignement à horaire réduit (enseignement en alternance).
Le Centre PMS appartient à un réseau organisé ou subventionné par la Fédération Wallonie Bruxelles. Il y a donc des Centres PMS de la Communauté française, provinciaux, communaux et libres.
Les équipes pluridisciplinaires sont composées de psychologues, d’assistants sociaux et d’infirmiers. Un médecin est également attaché à chaque Centre PMS.
Le Centre PMS développe des actions pour offrir à l’élève les meilleures chances de s’épanouir harmonieusement, de préparer son futur rôle de citoyen autonome et responsable et de prendre une place active dans la vie sociale et économique.
Il favorise la mise en place des moyens qui permettent d’amener les élèves à progresser toujours plus, et ce, dans la perspective d’assurer à tous des chances égales d’accès à l’émancipation sociale, citoyenne et personnelle.
Il soutient l’élève dans la construction de son projet personnel, scolaire et professionnel.

POST-PARTUM :
La période de post-partum s’étend de la fin de l’accouchement jusqu’au retour de couches, c’est-à-dire les premières règles après la grossesse.

PROGESTÉRONE :
Hormone féminine qui sert à préparer l’utérus* pour une grossesse. Elle est produite dans la seconde moitié du cycle menstruel après l’ovulation*, période pendant laquelle ses taux augmentent pendant quelques jours puis diminuent en l’absence de fécondation*.
La progestérone agit sur la muqueuse* de l’utérus* (ou endomètre), et permet la survenue des règles à la fin de chaque cycle menstruel.

PROLAPSUS GÉNITAL :
Le prolapsus génital correspond à ce que l’on appelle, en langage courant, une “descente d’organes”. Au quotidien, il peut se révéler gênant et inconfortable, mais il reste sans gravité.
Il se caractérise, chez la femme, par le glissement vers le bas d’un ou plusieurs organes pelviens (situés dans le bassin). Ceux-ci appuient et déforment la paroi vaginale, jusqu’à s’extérioriser au-delà de la vulve.
Ces organes pelviens sont : la vessie, l’utérus* et plus rarement le rectum.

SAF :
Le syndrome d’alcoolisation foetale (SAF) représente le degré d’atteinte le plus grave de l’exposition prénatale à l’alcool. Ses symptômes sont : anomalies de la face du bébé, retards de croissance, malformations au niveau de la boite crânienne et de l’encéphale ainsi que des troubles nerveux, anomalies du système nerveux central pouvant se manifester par des déficits intellectuels, un retard du développement et des troubles de l’apprentissage, une hyperactivité, des troubles de l’attention ou de la mémoire, une incapacité à maîtriser sa colère, des difficultés à résoudre des problèmes.

SAGE-FEMME :
Professionnelle de la santé qui suit les grossesses et les accouchements se déroulant normalement.

SAJ :
Service public de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Service de l’Aide à la Jeunesse est au service de tous les jeunes afin de trouver la solution la mieux adaptée aux problèmes qu’ils rencontrent. Le service accueille également des familles ayant un problème lié à l’éducation de leurs enfants.

SECRETION BLANCHE :
Écoulement non sanglant provenant de l’appareil génital féminin (vagin). Cette sécrétion peut être physiologique ou pathologique témoignant d’une infection, le plus souvent d’une vaginite. La couleur de la sécrétion vaginale peut varier en fonction de la cause : elle peut aller d’une sécrétion laiteuse à verdâtre. Les écoulements sanguinolents sont à considérer comme des métrorragies. On considère comme anormales des pertes vaginales malodorantes ou responsables d’irritation et de démangeaison.

SIDA :
Maladie infectieuse, due à un virus transmis par voie sexuelle ou sanguine (en particulier placentaire) et provoquant un affaiblissement du système immunitaire, pouvant se manifester d’abord par des signes généraux (fièvre, asthénie, amaigrissement, diarrhée, gonflement ganglionnaire, etc.) et qui se caractérise essentiellement par la multiplication d’infections diverses (cutanées, intestinales, pulmonaires, cérébrales) et parfois par des cancers entraînant la mort.

SOMNOLENCE :
Demi-sommeil, état intermédiaire entre le sommeil et la veille.

SOPHROLOGIE :
Méthode de préparation à l’accouchement à part entière. Relaxation, confiance en soi…, les bénéfices sont nombreux.
Le but de la sophrologie est de vous aider à visualiser votre accouchement de manière positive, en l’imaginant à l’avance. Pour cela, la sage-femme (ou le sophrologue) vous expliquera comment prendre conscience de votre corps mentalement et physiquement. En vous concentrant, vous parviendrez à mieux maîtriser vos émotions, afin de ne pas subir l’accouchement, mais de le vivre pleinement. Grâce à des exercices de relaxation, vous prendrez confiance en vous, réussirez à vaincre vos craintes et dominerez mieux la douleur. Plus sereine, vous parviendrez ainsi à vous détendre au moment de l’accouchement, car d’une certaine manière, vous aurez l’impression d’avoir déjà vécu ce moment.
Vous pouvez débuter votre préparation à l’accouchement à partir du cinquième ou sixième mois de grossesse. Lors des cours collectifs, dispensés par une sage-femme sophrologue, vous apprendrez à respirer en maîtrisant votre souffle, à vous relaxer et à relâcher toutes les tensions pour atteindre un état de demi-sommeil. Assise ou allongée, vous écouterez la voix de la sage-femme en fermant les yeux. Progressivement, chaque partie de votre corps se détendra.
La sophrologie vous aidera dans un premier temps à accepter les changements physiques (prise de poids, fatigue, maux de dos, etc.) et à mieux vivre votre grossesse psychologiquement. En outre, le fait d’avoir imaginé l’accouchement, anticipé de façon positive ce moment unique, vous rendra plus zen le jour J. Vous saurez également mieux gérer la douleur grâce à la respiration. Cela peut s’avérer utile, d’autant plus si vous décidez de ne pas avoir recours à la péridurale*. En chassant vos appréhensions et en gardant en tête le bonheur de l’arrivée au monde de votre enfant, votre accouchement sera plus serein.

SPERMATOZOÏDE :
Cellule reproductrice mâle.

SPJ :
Le Service de Protection Judiciaire est un service d’aide spécialisé qui intervient une fois que le Tribunal de la Jeunesse a décidé une mesure d’aide. Son rôle est de mettre en œuvre concrètement cette mesure.
S’il est constaté qu’un enfant, un jeune est en état de danger, si sa santé ou sa sécurité sont menacées, si lui, ses parents n’acceptent pas l’aide du SAJ* ou négligent de mettre en œuvre les modalités du programme d’aide, le Tribunal de la Jeunesse peut être ainsi saisi et imposer une mesure d’aide contrainte.
Le Tribunal de la Jeunesse peut:
– soit soumettre l’enfant, sa famille à un accompagnement éducatif;
– soit décider de retirer temporairement l’enfant hors de son milieu familial et le confier à une institution;
– soit permettre au jeune de 16 ans au moins de vivre seul en autonomie.
Après la décision du Tribunal de la Jeunesse, c’est le Service de Protection Judiciaire via le Directeur de l’aide à la jeunesse, qui interviendra pour mettre en œuvre concrètement la mesure d’aide imposée.

SUIVI POSTNATAL :
Suivi médical après la grossesse.

SUIVI PRÉNATAL :
Suivi médical lors de la grossesse.

SYPHILIS :
Infection bactérienne qui se transmet généralement par contact sexuel. La maladie commence comme une plaie indolore, généralement sur vos organes génitaux, le rectum ou la bouche. La syphilis se transmet de personne à personne par contact cutané ou des muqueuses* avec ces plaies.

Après l’infection initiale, les bactéries de syphilis peuvent rester dormantes dans votre corps pendant des décennies avant de devenir de nouveau actives. La syphilis précoce peut être guérie, parfois avec une seule injection de pénicilline. Sans traitement, la syphilis peut endommager gravement votre cœur, le cerveau ou d’autres organes, et peut être mortelle.

TIERS PAYANT :
Système selon lequel la mutualité verse directement aux prestataires de soins, services ou institutions le montant de l’intervention due dans le cadre de l’assurance obligatoire. Par conséquent, le patient ne doit plus avancer ce montant et paie juste le ticket modérateur (quote-part personnelle) et d’éventuels suppléments d’honoraires. Pour les prestations dispensées lors d’une hospitalisation, cette procédure est obligatoire.

TOXOPLASMOSE :
Maladie liée à la grossesse, elle peut entraîner chez le fœtus* de graves lésions des yeux et du système nerveux.
La toxoplasmose est due à un parasite, le toxoplasme. Il s’agit d’une maladie bénigne pour la maman qui se traduit par un léger état grippal et qui passe souvent inaperçue.
Si vous êtes enceinte ou que vous envisagiez de l’être prochainement, faites sans attendre une analyse de sang, car elle permet de savoir si vous êtes immunisée ou non.
Si les résultats du test sanguin révèlent que vous n’êtes pas immunisée, il vous faudra effectuer une analyse de sang tous les mois pour être sûre de ne pas faire courir de risque à votre bébé. En effet, comme la toxoplasmose ne provoque quasiment pas de symptômes, il est très difficile de savoir vous-même si vous l’avez contractée.
Plus la grossesse est avancée, plus le risque de transmission augmente car le placenta* devient plus perméable aux parasites. Inversement, la gravité des lésions diminue au fil de la grossesse.

TRAVAILLEUR MÉDICO-SOCIAL (TMS) :
Durant les consultations prénatales, le TMS est chargé de l’accompagnement médico-social de la femme enceinte. Il veille au bon déroulement de la grossesse, il collabore avec le médecin qui dépiste et prévient les risques de prématurité ou de petit poids à la naissance.

UTÉRUS :
Organe appartenant au système reproducteur de la femme, l’utérus est une poche prévue pour accueillir un embryon et favoriser son développement. La muqueuse* interne de la paroi, appelée endomètre, est sensible aux hormones sexuelles féminines (œstrogènes). Au cours du cycle menstruel, l’épaisseur de l’endomètre augmente pour favoriser l’implantation du futur embryon. Le col utérin est fermé par un bouchon de mucus épais qui devient mince et perméable au sperme uniquement au moment de l’ovulation*. Si la fécondation* n’a pas lieu, l’endomètre finit par se détruire, provoquant les menstruations.
À l’inverse, si la fécondation* a lieu, l’œuf migre depuis les ovaires à travers les trompes de Fallope pour finalement effectuer la nidation dans l’utérus. L’utérus est alors capable de s’étendre jusqu’à 35 centimètres pour s’adapter à la taille du fœtus* et au placenta*. L’utérus subit des contractions musculaires du myomètre au moment de l’accouchement pour expulser le nouveau-né par le vagin.

VERGETURES :
Lésions des fibres élastiques de la peau, soumise à une trop grande tension. Elles apparaissent pour de multiples raisons (prise de poids rapide, puberté, régimes, grossesse,…) et sont malheureusement irréversibles : elles ne peuvent pas disparaître, comme cela est le cas pour les cicatrices chirurgicales.
Selon leur période d’apparition, elles ont des teintes différentes : d’abord de couleur lilas (au moment de la rupture des fibres de la peau), elles deviennent blanches en vieillissant (au bout de plusieurs mois), puis s’atténuent, et laissent juste une petite dépression sur la peau, soulignée par une ligne blanche.

VIH :
Le VIH, ou virus de l’immunodéficience humaine, est un type de virus qui peut causer une maladie mortelle appelée sida* (syndrome d’immunodéficience acquise). L’infection au VIH affaiblit progressivement le système immunitaire, c’est-à-dire les défenses naturelles du corps contre la maladie. Si elle n’est pas traitée, de graves maladies peuvent survenir. Des infections normalement anodines, comme une grippe ou une bronchite, peuvent s’aggraver, devenir très difficiles à traiter ou même entraîner le décès. De plus, le risque de cancer est considérablement accru.
Le VIH se transmet par les liquides corporels : principalement par le sang, mais aussi par le sperme, les sécrétions vaginales et le lait maternel.
Le plus souvent, le virus est contracté au moment d’activités sexuelles non protégées ou par l’échange de seringues chez les utilisateurs de drogues injectables. Le risque de transmission par des baisers avec échange de salive est pratiquement nul.
Dans la plupart des pays industrialisés, les rapports homosexuels entre hommes constituent la plus importante voie d’infection.

YOGA :
Le yoga, avec plusieurs autres techniques, fait partie des approches corps-esprit. Sa pratique renforce et assouplit votre corps, elle améliore aussi les fonctions de vos systèmes respiratoire, circulatoire, digestif et hormonal. Le yoga apporte aussi stabilité émotionnelle et clarté de l’esprit.